CASDEC – L’Action Sociale deviendrait-elle un enjeu électoral?

La lecture des derniers tracts pourraient le laisser penser à moins que les écrits autour des futurs horaires d’ouverture au public, en lien avec la nouvelle Organisation et Aménagement du Temps de Travail (OATT) des agents de la cellule administrative du CASDEC, ne cache autre chose?

Peut-on dissocier l’organisation de l’aménagement du temps de travail?

Pour la CGT et l’UGICT-CGT, qui sont représentées au sein des instances décisionnelles du CASDEC, les agents de sa cellule administrative doivent pouvoir bénéficier des formules d’Aménagement du Temps de Travail comme l’ensemble des autres agents de nos collectivités et avec les mêmes règles.

C’est pour cela que la CGT et l’UGICT-CGT ont participé à toutes les rencontres avec les agents et l’administration en vue d’une proposition (voir en dernière page du Tract 4 pages ) faisant consensus au sein de la cellule administrative.

Cette proposition, qui ne répond pas à la totalité des souhaits de la CGT et de l’UGICT-CGT, plébiscitée par la majorité des agents, sera proposée au Comité Technique de juin prochain en vue d’une expérimentation (c’est la règle pour les nouvelles modalités d’OATT) pendant un an avec des étapes tous les 6 mois.

Nous vous consulterons

Nous, la CGT et l’UGICT-CGT, reviendront vers vous, les usagers, mais aussi la cellule administrative, pour recueillir vos impressions et avis et pour être force de propositions sur d’éventuels réglages à apporter.

Et la nouvelle organisation, c’est quoi?

Cette proposition est accompagnée d’une nouvelle organisation autour du départ d’Arthur BARBIER, l’arrivée de son remplaçant, Dominique DURAND et l’ouverture prochaine du site internet suite à l’adhésion de toutes et de tous. Ouverture du site internet devant permettre à toutes et tous les adhérents de commander en ligne des prestations et de se les faire envoyer dans son service ou à son domicile.

L’OATT ou l’arbre qui cache la forêt?

Focaliser l’attention sur des questions d’horaires et d’amplitudes d’ouverture au public pourrait cacher des problèmes bien plus sérieux dans l’administration du CASDEC et en particulier vis à vis de son budget et des subventions allouées par les collectivités et établissements publics qui le composent.

Seules les dépenses sont discutées, jamais les recettes…

Le 7 avril dernier, s’est déroulé le Conseil d’Administration du CASDEC consacré au vote du budget. Nous, la CGT et l’UGICT-CGT avons rappelé à cette occasion, notre demande de voir les subventions de la Ville de Rennes, son CCAS et Rennes Métropole portées à 1 % de la masse salariale totale. De plus, contrairement à ce que soutiennent les Président et Directeur du CASDEC, la convention n’est pas rédigé dans ce sens!!! Convention nouvellement rédigée afin de remplacer les 3 précédentes conventions mais qui n’intègre pas une phrase essentielle que nous avons été les seuls à revendiquer :

« la subvention de l’année N de chacune des collectivités ne peut-être inférieure à la subvention de l’année N-1 » qui nous aurait permis de récolter plus de 42 000 € supplémentaires. Mais nous étions encore une fois trop visionnaires, entourés d’administrateurs qui sont trop souvent dans la réaction après avoir raté les moments où ils devraient être dans l’action.

Et le Budget, est-il si confortable comme certains l’assurent?

Cette année, mais cela s’est déjà produit dans le passé, le budget du CASDEC a été voté en déséquilibre de 45 085 €. Quand nous savons que le résultat du budget 2016 a été d’environ – 95 000 € et que nos estimations d’augmentation de certaines prestations n’ont pas été prises en compte, nous avons de sérieux doutes sur cette projection.

Alors que nos évaluations avec des recettes à hauteur de 1 % de la masse salariale nous permettait, sans modifications sensibles des prestations, d’envisager un résultat positif d’environ 300 000 €. Aubaine au regard de nos projets d’améliorations des prestations telles que : création d’un prêt à taux zéro pour les ayants droits poursuivant des études, élargissement de laide à la pratique sportive et culturelle à l’ensemble des agents, augmentation de la participation sur les plans d’épargne chèque vacances, création d’une participation sur la billetterie et sur les partenariats, investissements dans des campings afin de proposer des offres plus avantageuses pour les vacances en famille, …

Comment certains envisagent l’avenir…

Lors de la séance budgétaire, le Président a mis en demeure les administrateurs et le directeur du CASDEC d’arriver à un budget 2018 à l’équilibre.

Nous craignons que certains syndicats envisagent, afin de répondre à cette commande politique, de diminuer purement et simplement le niveau des participations par prestations et allocations par ouvrant droit et ayant droit.

C’est beaucoup plus simple que d’aller revendiquer une augmentation des subventions en proposant, par exemple :

– baisser la participation sur le chèque culture de 35 à 25 % et diminuer le nombre de chèque culture par membre de la famille de 9 à 7.

Nous, la CGT et l’UGICT-CGT défendrons jusqu’au bout la ligne d’une revendication pour des subventions à la hauteur du rôle majeur du CASDEC pour les collectivités et établissements publics qui le composent plutôt que sa destruction à petit feu grâce à des syndicats, dits réformateurs, qui préfèrent maintenir un certain besoin d’action sociale tout en limitant ses marges de manœuvre pour expliquer la nécessité d’avoir des critères restrictifs dans le versement de ses aides…..

Pour que nous gagnions, aidez-nous

Nous vous proposons de nous aider à faire entendre raison à Madame la Maire de Rennes ainsi qu’à Monsieur le Président de Rennes Métropole afin de porter à 1 % de la masse salariale totale la subvention de nos collectivités et établissement publics en signant et envoyant la pétition en fin du Tract 4 pages .

Pour aller encore plus loin avec nous, n’hésitez pas à compléter également le bon de contact et de syndicalisation du Tract 4 pages et à nous le retourner.

 

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *