Une victoire significative pour les postiers de crimée à Rennes.

 

 

 

Syndicat CGT des salariés des activités postales

Et de télécommunications d’Ille et Vilaine

31 Bd du Portugal – CS 90837 – 35208 RENNES CEDEX 2

Tél. 02 99 30 08 74. Mel : faptcgt35@orange.fr

 

 

Après plus de 4 mois de luttes, de rassemblements, de prises de paroles, d’action vers les médias et les usagers, La victoire des facteurs a un goût amère, tant la Poste a tardé à ouvrir de véritables négociations sur la base des revendications des facteurs de Crimée.
Mais au final, les postiers de Crimée soutenus par les syndicats CGT et SUD, et par un formidable élan de solidarité ont réussi à contraindre La Poste à négocier et surtout à renoncer à son projet initial qui consistait à imposer la coupure méridienne à l’ensemble du bureau de Crimée.

 

Le projet initial de La Poste avec la méridienne obligatoire pour les facteurs de Crimée est abandonné. Le protocole garantit les points suivants :

• 18 QL seront en 37H 03 avec 2 QL de F. Equipe. 4 tournées passeront en méridienne à 42 h.
• Les tournées organisées sur une base horaire en 37 h 03 auront 1 repos toutes les 3 semaines (1 repos le samedi/dimanche ; 1 repos le mercredi ; 1 repos le dimanche/lundi.)
• 2 Tournées à plein temps + 2 tournées à 60% (F. Equipe) seront supprimées au lieu des 6 tournées dans le projet initial.
• La tournée sacoche est abandonnée.
• La position de travail de la cabine est réintégrée à Crimée sur un 42 h par semaine.
• La DHT évolutive est supprimée sur Crimée.
• Au final la lutte des facteurs de Crimée a permis de diminuer de moitié la productivité voulue dans le projet initial de La Poste (3.5 positions de travail supprimées au lieu de 6.5).
• 5 CDD seront transformés en CDI à temps complet.
• Une prime de 460.00 euros est attribuée, conditionnée néanmoins à l’ l’implication des facteurs dans la nouvelle organisation à 37 h 03.
• Les facteurs de Crimée qui devaient initialement être réorganisés le 23 janvier 2018, resteront jusqu’en janvier 2019 sur leurs horaires actuels (38 h 10) avant de basculer courant 2019 sur une DHT à 37 h 03.
• La Direction s’engage sur l’arrêt de toute suite disciplinaire des situations connues à la date de signature du protocole. Cette décision est étendue à l’ensemble des facteurs du département.

On le voit bien, Il n’y a pas de fatalité !!!

A Louvigné du désert, à Romillé, à St Brice en Gogles grâce à l’intervention du CHS CT soutenu par les syndicats CGT CFDT et FO, et suite à une expertise, la tournée sacoche est abandonnée. C’est une première victoire pour les facteurs de Louvigné et de ST Brice.
La mobilisation des postiers de Louvigné de ST Brice, et la grève de Crimée y est certainement aussi pour quelque chose.

 

 

Dans de nombreux sites les réorganisations sont reportées :

A Dol, Combourg, Noyal, Rennes le Gast, Rennes Colombier, ST Grégoire, Pacé, les réorganisations sont repoussées.

Mais tous les problèmes ne sont pas réglés.

Dans le département environs les 2/3 des agents ont participé à la lutte départementale pour l’abandon des réorganisations avec coupure méridienne à l’appel de la CGT et SUD, et au soutien des postiers du bureau de Crimée pendant ces 4 mois.
Or, les réorganisations prévues dans les autres bureaux se font sans véritable dialogue social, en imposant la méridienne et une productivité considérable, au détriment du service rendu aux usagers et des conditions de travail. Une mobilisation départementale est nécessaire si nous voulons sauver le métier de facteur et le service public.

La solidarité

Les postiers de Rennes-Crimée ont donc enfin trouvé une issue au conflit. Cela a été éprouvant avec des fiches de paie à zéro ! Mais un formidable élan de solidarité des postiers , des usagers des cheminots, des étudiants, des élus politiques, et des syndicats CGT, SUD, FSU, ont permis de compenser des paies à zéro, et de tenir 4 mois pour contraindre La Poste à négocier. Pour la CGT, nous tenons particulièrement, saluer, le courage, la détermination des facteurs de Crimée en lutte qui ont su braver tous les coups tordus de La Poste, les assignations en justice, les provocations. Ils ont vécu avec le collectif de facteurs des moments historiques qui resteront à jamais gravés dans leur mémoire malgré les difficultés individuelles et les souffrances morales.

La solidarité, ce n’est pas qu’un mot, ce sont aussi des actes.
Ce fut aussi un combat social historique des facteurs pour le droit au respect et la dignité au travail.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *