La communication de la Bretagne Romantique stigmatise le temps de travail des agents de la piscine…

Par Ouest-France – Modifié le 29/06/2018 à 00h41 – Publié le 27/06/2018 à 03h20

Retrouvez l’article sur le site de Ouest-France : ici

Pas de sujet majeur, mardi, pour une réunion qui a débuté après que les élus ont assisté à la projection du match de la France, dans l’hémicycle.

Hommage

Le président de la communauté de communes de Bretagne romantique (CCBR), André Lefeuvre, a fait observer une minute de silence à la mémoire de Pierre Plusquellec, dont les obsèques se sont déroulées quelques heures avant la séance, mardi. L’homme a été maire de Bonnemain, mais aussi élu communautaire, vice-président en charge de la culture de 2008 à 2014.

Piscine

Les agents de la piscine disposaient d’un régime dû à leurs horaires particuliers, depuis mai 2011. Les caissières effectuaient 1 568 heures et les agents de bassin 1 534 heures, à l’année.

Ils bénéficiaient de six semaines de congés payés. Les élus ont décidé de supprimer cette sixième semaine « par équité avec les autres services de la communauté » et de passer à un horaire annualisé, de septembre à août, de 1 607 heures.

Logements HLM

Des aides vont être versées pour la construction de logements sociaux HLM : cinq fois 5 000 € à Tressé, pour trois logements dans une longère rénovée et deux pour la construction de maisons neuves. À Combourg, ce sera sept fois 2 500 € pour la construction de maisons individuelles.

Taxe de séjour

Les élus devaient se prononcer sur l’évolution du montant de la taxe de séjour versée par les touristes. L’an dernier, elle a rapporté 55 000 €. Pas grand-chose par rapport à Saint-Malo (1,4 M €) ou le pays de Dol (440 000 €).

Il a été proposé de maintenir les montants, soit de 20 à 75 centimes selon la catégorie. Christian Toczé (Tinténiac) s’étonne de ce gel pour les hôtels. Pour Françoise Roussillat, vice-présidente en charge du dossier : « On a une clientèle familiale avec beaucoup de gîtes et de chambres d’hôtes. On entre dans la SPL, on va profiter de cette dynamique, on ne va pas augmenter aussitôt nos tarifs. On ne va pas pénaliser nos hôtels trois étoiles. On n’en a que deux ou trois. » Deux abstentions : Christian Toczé et Georges Dumas (Meillac).

Espaces jeux

Le sujet sur les espaces jeux, animés par le Sivu (Syndicat intercommunal à vocation unique), a été le plus animé. Désormais, les espaces jeux vont être animés par le RPAM (Relais parents – assistantes maternelles). Ce qui a du mal à passer au Sivu.

Sylvie Guyot (Saint-Domineuc) rappelle qu’Anim’6 a été le premier à le faire dans le département, que cela met en danger les associations locales, souligne la proximité et s’étonne que Dingé ait une éducatrice prise en charge.

Marie-Madeleine Gamblin (Québriac) constate : « Quand on sait que ça fonctionne, on aurait pu en profiter. Les bassins de vie, la proximité, ça été acté dans notre projet de territoire. »

Robert Monnier, vice-président chargé des affaires sociales, rappelle que le Sivu n’a plus la compétence espaces-jeux.

André Lefeuvre est plus incisif : « On a attendu quatre ans pour que le Sivu adapte ses statuts conformément à la loi. La CAF, notre financeur principal, dit que là où il y a un RPAM, c’est lui qui fait les animations principales. Parler de proximité, je veux bien, mais le RPAM en fait aussi. Ce sont des arguments un peu élastiques. »

Il y a eu cinq abstentions venant de communes adhérentes au Sivu : Sylvie Guyot et Benoit Sohier (Saint-Domineuc), Christian Toczé, Jérémy Loisel (La Baussaine)et Roger Sarciaux (Saint-Thual).

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *