C.T. de sept. 2017 – Propos introductifs

Comité technique du 29 septembre 2017

Bonjour à toutes, bonjour à tous et bonjour particulier à M Johan Theuret qui vient de rejoindre nos collectivités. Je ne vais sans doute pas vous apprendre, Monsieur le DGA, que votre arrivée a été précédée par diverses publications d’interventions de votre part dans les divers médias tant écrits que parlés. Nous avons pu ainsi mesurer un grand intérêt des agents de nos collectivités pour apprendre à vous connaître avant d’avoir l’occasion de vous rencontrer. D’ailleurs, nous ne doutons pas que ces quelques lignes et quelques phrases de vous n’ont pas entamé l’envie qu’ont ces mêmes agents de vous rencontrer. Tout au moins, ils ont pris le temps de découvrir notre tout récent site internet.

Ensuite, en fonction de l’actualité des réformes que vous avez menées dans d’autres collectivités et que vous proposez de mettre en œuvre à Rennes, dans le contexte très particulier de la stagnation de la valeur du point d’indice, la réinstauration du jour de carence, le chantage sur les montants des dotations aux collectivités en fonction de l’évolution de leur dépenses de fonctionnement, l’augmentation de la CSG sans réelle compensation … nous aurons matière à les faire revenir prendre des informations sur leur futures conditions de travail, de rémunération et possibilité d’avenir.

Nous souhaitons également dire au revoir à Monsieur Joël BOSCHER, qui va quitter la barre de la DG commune non sans nous faire partager un moment convivial à la suite de ce Comité Technique commun. Soyez remercié pour les moments d’échange que nous avons pu partager et votre écoute attentive sur des dossiers individuels.

Suite à cette petite introduction, nous aimerions revenir quelques instants sur la mésaventure que nous avons vécu en ce début de semaine et sa gestion « surprenante » de la part de la DRH. Je souhaite ici clairement remercier Bertrand HUET de FO et Azeddine BENNOUNA de l’UGICT-CGT pour leur initiative et prise de décision, même si certaines ont été accompagnées de vives remontrances téléphoniques. Il était, me semble-t-il, une priorité de pouvoir refermer les locaux syndicaux visités, en particulier celui de l’UGICT-CGT, au rez de chaussée et face à l’issue de secours vitrée, sous peine de les voir à nouveau visités le soir même.

L’ordre du jour de ce Comité Technique est encore assez chargé même si nous n’avons pas trouvé de point sur la mission formation malgré une annonce faite auprès des agents. Nous en profitons donc pour demander l’inscription d’un point sur les missions Formation et Parcours Professionnels du Service Emploi Compétences au prochain Comité Technique tant il semble que des transformations y soient envisagées.

Nous avons pour autant trouvé un point qui nous parait très important, en lien avec beaucoup de nos divergences de points de vue, au sein des organisations syndicales et avec vous les élus. Nous voulons parler de l’égalité Femmes – Hommes. Nous pourrions faire usage d’une formule citée régulièrement par les opposants à la politique de notre Président et qui est : « en même temps ».

Nous revendiquons l’égalité Femmes – Hommes partout et sur tous les sujets et en même temps nous apprenons que bientôt les femmes en Arabie Saoudite vont bientôt avoir le droit de conduire mais seront toujours sous la tutelle d’un homme. Nous voulons l’égalité dans les salaires, les déroulements de carrière, et en même temps nous classons les métiers dans différents parcours professionnels sans réelle étude sur les impacts en terme d’égalité. Nous voulons l’égalité dans les choix de nos futur.e.s titulaire.s de poste.s à responsabilité et en même temps nous proposons à nos titulaires de concours ou diplôme de devenir des reçus collé.e.s ou d’aller se faire nommer ailleurs. Nous voulons l’égalité des chances, des missions, et en même temps, pour ne pas à avoir à craindre une possible baisse des subventions, baisse de l’activité, nous confions tout cela au monde associatif, aux délégations de service publics, aux Sociétés Publiques locales ou autres montages promotion de la précarité et dévalorisation des investissements individuels. Il est demandé aux organisations syndicales de proposer des listes de candidat.e.s pour les prochaines élections professionnelles et en même temps ne serait-ce pas une entrave au droit syndical. Nous voulons l’égalité dans les droits liés au congés maternité et en même temps les ordonnances sur la loi travail XXL va permettre aux entreprises de revenir sur les accords de branches qui pouvaient être plus favorables que la loi en terme de durée du congés maternité, par exemple.

Nous terminerons nos propos introductif avec deux points dont la réaffirmation de l’opposition de toute la CGT des Services publics à la baisse de la cotisation obligatoire du CNFPT et à l’adaptation à cette baisse telle qu’elle s’exprime dans les choix gestionnaires de cet établissement public. Nous allons inviter l’ensemble des agents de nos collectivités à exprimer leur mécontentement auprès du gouvernement et du CNFPT. En effet, la dégradation est constatée à travers les éléments suivants :

– baisse du temps de formation de l’offre catalogue,

– pédagogie inversée inadaptée aux publics auxquelles elles s’adressent,

– baisse globale de l’offre de formation.

Ces changements inacceptables et préoccupants pour l’avenir sont d’abord la conséquence de la décision gouvernementales de baisser le montant maximal de la cotisation obligatoire au CNFPT à 0,90 % d’une partie de la masse salariale.

Cependant, les choix faits par le CNFPT de privilégier la pédagogie inversée pour diminuer, dans des proportions importantes, la durée en présentiel des formations, la diminution de l’offre nationale du catalogue au profit d’un développement des formations interne aux grandes collectivités vont renforcer le caractère très inégalitaire de l’accès à la formation.

La politique d’austérité budgétaire va non seulement réduire le volume global de l’offre de formation. Il va, de surcroit, aggraver les différences d’accès selon que l’on appartienne à un cadre d’emploi familier avec le numérique ou non, selon que la collectivité à les moyens de compléter l’offre de formation du CNFPT ou non.

Avant de conclure, nous aimerions vous rappeler que nous sommes comme tout les agents de nos collectivités, comme tous les services, et que nous aimerions que vous anticipiez beaucoup plus les dossiers auxquels vous voulez nous associer et qu’il ne nous soit pas fait une avalanche de propositions de date de Rdv. Le Dialogue social se construit à plusieurs, si vous continuez ainsi vous risquez de vous écouter parler.

En conclusion, nous sommes très heureux d’apprendre que grâce à la désinstallation de la messagerie outlook, nos administrations vont économiser 500 000 €. Nous espérons que lors de la prochaine rencontre avec Mme la Maire et M le Président nous pourrons leur faire part de nos idées de dépense équivalente utile et les féliciter d’avoir envisagé des économies ailleurs que sur le budget de fonctionnement, autrement dit sur les rémunérations des agents.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *