Réponse des administrations rennaises au préavis de grève du 22 mai.

Revendications préavis de grève 22 mai : Réponse de M Hubert CHARDONNET, élu en charge du personnel Rennes Ville et Métropole.

Bonjour,

J’ai bien pris note de vos revendications, y compris locales, dans le cadre de ce préavis de grève national.

Je souhaite ici vous rappeler que vous avez déjà eu, sur ces sujets, des réponses très claires de la part de Rennes Métropole et de la Ville de Rennes.

Ainsi :

–          S’agissant des agents de maitrise, j’ai reçu votre organisation, avec d’autres syndicats dans le cadre d’un préavis de grève, le 20 avril dernier. J’ai rappelé à cette occasion que les propositions faites lors des réunions du 4 et du 17 avril étaient inchangées. Elles seront présentées pour avis au prochain comité technique de juin pour une mise en application lors des prochaines CAP.

–          Vous avez été destinataire, le 19 avril 2018, d’un mail de M. Bossard sur la situation des coordonnateurs qualiticiens. La position qui y est exposée n’est pas modifiée.

–          Concernant le guichet Atout Clauses, là aussi, vous avez été reçu, par plusieurs interlocuteurs, et à plusieurs reprises et il vous a été expliqué que la position prise sur le maintien du guichet  et des facilitateurs dans leur structure actuelle était confirmée.

–          Le jour de carence est un dispositif national qui s’impose aux employeurs ; cela vous a été rappelé dans un courrier du 26 février 2018.

–          Lors d’une réunion sur les subventions du CASDEC du 12 janvier 2018, votre revendication a été évoquée. Monsieur Bossard a clairement répondu qu’une renégociation des subventions n’est pas envisageable, au regard du cadrage de l’ensemble des subventions délivrées par Rennes Métropole et la Ville de Rennes. À cet égard, je vous rappelle notre engagement à ne pas diminuer ces subventions (contrairement à de nombreuses autres associations), et nous avons même décidé, suite à une sollicitation des administrateurs du CASDEC d’accorder une subvention supplémentaire de 5000€ pour alimenter le fonds de solidarité afin de couvrir les aides versées aux allocataires des ARE (Cf mail de M. Bossard du 15 février 2018).

–          La charte de la déconnexion a été présentée lors du CT du 15 décembre 2017, après plusieurs réunions sur le sujet. La campagne de communication qui accompagnera sa diffusion est programmée fin juin.

–          Enfin, s’agissant de vos deux demandes sur « l’arrêt de SP2020 » et « l’instauration d’un dialogue social totalement déconnecté des contraintes budgétaires », il vous a été répondu, à de nombreuses reprises, que le cadre des discussions engagées avec les organisations syndicales ne pouvait se soustraire aux contraintes qui s’imposent elles-mêmes aux collectivités. Le capage de la dépense ainsi que les objectifs de politiques publiques nécessitent un pilotage responsable de la masse salariale. Cela n’empêche pas d’acter et de mettre en œuvre des évolutions favorables aux agents, à leurs conditions de travail et à leur rémunération, comme en témoignent les décisions prises en 2017 pour les agents de catégorie C et les discussions en cours sur la carrière des agents et le RIFSEEP. Il appartient aux organisations syndicales qui le souhaitent, dans ce cadre, de faire des propositions.

Vous souhaitant bonne réception de ces éléments de rappel,

Bien cordialement,

Hubert Chardonnet

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *