CASDEC / RÉFORME DES RETRAITES – Mêmes mensonges – Mêmes effets

Vers la version PDF : ici

CASDEC / RÉFORME DES RETRAITES

Mêmes mensonges – Mêmes effets

Publiée sur le site internet du CASDEC, l’information suivante :

Chèques-culture : modification du plafond annuel

Lors de sa séance du 18 octobre 2019, le Conseil d’Administration du CASDEC a décidé de modifier le montant maximum de chèques-culture attribués annuellement à compter du 1er janvier 2020 :

Composition familiale Plafond 2019 Plafond 2020
Couple ou personne seule sans enfant 240 € 220 €
Enfant à charge fiscalement 120 € 100 €

 

Cette baisse du plafond permet de faire face à la montée en charge croissante des dépenses liées à cette prestation et d’assurer la pérennité financière du CASDEC.

Pourtant, l’état du budget présenté lors du Conseil d’Administration du CASDEC du 13 décembre dernier fait apparaître un solde positif de plus de 100 000 €.

Alors, après avoir supprimé la prestation « Aide à la pratique sportive et culturelle » sur l’autel d’économies nécessaires au maintien à l’équilibre de son budget, voilà l’annonce de la diminution de la prestation « chèque culture » en raison de la même crainte d’un déficit qui n’existe pas.

Ne trouvez-vous pas que les arguments ressemblent grandement aux arguments du gouvernement d’un déficit des caisses de retraites, dénoncées par les organisations syndicales et plusieurs partis politiques, pour nous faire croire que la réforme des retraites se justifie ?

La CGT n’accepte pas cette façon de faire et rappelle systématiquement aux financeurs principaux que sont les trois collectivités (Ville de Rennes, Rennes Métropole et CCAS) d’augmenter leur subvention  afin d’éviter de prendre des décisions injustes pour les adhérents et, au contraire, permettre une meilleure attractivité de notre CASDEC.

En effet, certaines organisations syndicales, à force de reculs des prestations et acquis sociaux, n’hésitent pas à proposer une liquidation pure et simple du CASDEC pour aller vers des Comités nationaux voir privés.

Ensemble, demandons le maintien du CASDEC en gestion directe par les organisations syndicales représentatives de nos collectivités, une augmentation de ses subventions et une réelle prise en compte des demandes de ses adhérents.

Ensemble, plébiscitons le travail des élus CGT au conseil d’administration du CASDEC dans ce sens.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.