Pour une sécurité sociale du 21ème siècle.

Pour une sécurité sociale du 21ème siècle.

Édito

La CGT lance une campagne pour la reconquête de la Sécurité sociale. Notre Sécu, ses objectifs, ses principes, sont symboles d’une société moderne, juste et solidaire. Elle se résume par ces mots qui sont à la base de sa création : « cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins ». Pourtant depuis sa création, elle fait l’objet de nombreuses attaques par les gouvernements successifs et surtout par un patronat, qui a combattu de tout temps toutes idées de partage des richesses et société solidaire. La santé, la retraite… aiguisent les appétits de la finance.
Aujourd’hui, par différents tours de passe-passe, le gouvernement voudrait nous faire croire qu’on remboursera plus et mieux en cotisant moins. De plus en plus, ce sont des assurances privées ou des institutions de prévoyance soumises à des critères de rentabilité, qui prennent la main ou plutôt l’argent avec des valeurs s’approchant plus de la charité. En fait, on tend à passer « de la carte Vitale à la carte bleue ».
Nous avons une autre conception de la société : celle d’une égalité des droits en matière de protection sociale. C’est pourquoi nous proposons d’engager un vaste débat sur le principe d’une sécurité sociale intégrale, un 100 % Sécu, un seul collecteur et payeur.
Une Sécurité sociale qui renforce les droits existants et qui en intègre de nouveaux dans la
branche maladie, par exemple la perte d’autonomie et la dépendance. Mais également, notre proposition de revenu de substitution en cas de perte d’emploi, la Sécurité sociale professionnelle.

Edito

La CGT lance une campagne pour la reconquête de la Sécurité sociale. Notre Sécu, ses objectifs, ses principes, sont symboles d’une société moderne, juste et solidaire. Elle se résume par ces mots qui sont à la base de sa création : « cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins ». Pourtant depuis sa création, elle fait l’objet de nombreuses attaques par les gouvernements successifs et surtout par un patronat, qui a combattu de tout temps toutes idées de partage des richesses et société solidaire. La santé, la retraite… aiguisent les appétits de la finance.
Aujourd’hui, par différents tours de passe-passe, le gouvernement voudrait nous faire croire qu’on remboursera plus et mieux en cotisant moins. De plus en plus, ce sont des assurances privées ou des institutions de prévoyance soumises à des critères de rentabilité, qui prennent la main ou plutôt l’argent avec des valeurs s’approchant plus de la charité. En fait, on tend à passer « de la carte Vitale à la carte bleue ».
Nous avons une autre conception de la société : celle d’une égalité des droits en matière de protection sociale. C’est pourquoi nous proposons d’engager un vaste débat sur le principe d’une sécurité sociale intégrale, un 100 % Sécu, un seul collecteur et payeur.
Une Sécurité sociale qui renforce les droits existants et qui en intègre de nouveaux dans la
branche maladie, par exemple la perte d’autonomie et la dépendance. Mais également, notre proposition de revenu de substitution en cas de perte d’emploi, la Sécurité sociale professionnelle.
Pour une protection sociale de haut niveau, ce n’est pas aux dépenses qu’il faut s’attaquer.
D’ailleurs comment considérer la santé comme un coût dans un pays moderne ? C’est bien vers les recettes qu’il faut se tourner et en finir avec les trop nombreuses exonérations de cotisations (et non pas les charges) dont bénéficient les entreprises, notamment les plus importantes.
Enfin, nous revendiquons une sécurité sociale qui redevienne « propriété de ses cotisants » par le biais d’élections de leurs représentants, garantes d’un véritable pluralisme et de démocratie.
Voilà un projet ambitieux et moderne, qui répond aux besoins des personnes quel que soit leur âge ou leur situation. Un projet symbole d’une CGT visionnaire et force de propositions

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

Vers la version PDF du livret : A_la_reconquête_de_la_sécurité_sociale_Livret

Vers la version en ligne : ici

 

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.